WRC, Vendredi matin : Sébastien Ogier se place aux commandes au Mexique

WRC, Vendredi matin : Sébastien Ogier se place aux commandes au Mexique

Sébastien Ogier a pris la tête du Rally Guanajuato México grâce à un pilotage incisif sur les spéciales de terre au programme du vendredi matin.

Vendredi matin, Sébastien Ogier (Toyota Yaris WRC) prenait la tête du Rally Guanajuato México grâce à une prestation pleine d’engagement sur les redoutables spéciales sur terre du parcours.

Passé en tête après avoir signé le meilleur temps dans le test d’Ortega (17,24 km), le pilote Toyota Gazoo Racing conservait ensuite sa position malgré la réplique de ses concurrents. Le Français retrouvait le parc d’assistance à mi-journée fort d’une avance de 9”7 sur Teemu Suninen (Ford Fiesta WRC).

« Jusqu’ici, tout va bien», confiait-il. « Ce n’est jamais facile ici avec des rochers et des pierres un peu partout. C’est d’autant plus compliqué que l’adhérence était très faible et il y a des choses que nous pouvons encore améliorer. »

Ott Tänak (Hyundai i20 WRC) avait brièvement mené les débats grâce à un passage plein de bravoure dans El Chocolate, la spéciale d’ouverture. L’Estonien connaissait toutefois moins de réussite dans le secteur chronométré suivant puisque sa voiture bouclait le test avec des dégâts à l’arrière droit. Le champion du monde en titre lâchait 45”9 face aux leaders et terminait la boucle matinale au septième rang.

Thierry Neuville (Hyundai i20 WRC) complétait le podium provisoire. Malgré ses attaques sur un terrain à l’adhérence précaire et une chaleur torride, le Belge était relégué à 10”7 de Sébastien Ogier.

S’il déplorait également les faibles niveaux d’adhérence, Esapekka Lappi (Ford Fiesta WRC) n’était qu’à 16”6 de la tête et prêt à repasser à l’attaque l’après-midi. Elfyn Evans (Toyota Yaris WRC) complétait le top cinq, 2”5 seulement derrière le Finlandais.

Dès la toute première spéciale de la journée, Dani Sordo (Hyundai i20 WRC) et son copilote Carlos del Barrio perdaient plus de cinq minutes en s’arrêtant pour remettre en place un tuyau détaché dans le radiateur. Kalle Rovanperä (Toyota Yaris WRC) connaissait également une matinée animée, mais le Finlandais parvenait à rester sixième malgré une crevaison à l’avant gauche.

En WRC2, Pontus Tidemand (Skoda Fabia R5) prenait 23”4 d’avance sur Nikolay Gryazin (Hyundai i20 R5) tandis qu’Ole Christian Veiby (Hyundai i20 R5) perdait énormément de temps en raison d’un problème de freins. En parallèle, le Bolivien Marco Bulacia Wilkinson plaçait sa Citroën C3 R5 en tête de la catégorie WRC3.

www.wrc.com