WRC/ Rallye de Catalogne, ES1/2 : Désastre pour Ogier

WRC/ Rallye de Catalogne, ES1/2 : Désastre pour Ogier

LES ESPOIRS DU CHAMPION DU MONDE EN TITRE, SÉBASTIEN OGIER, DE REMPORTER UN SEPTIÈME TITRE CONSÉCUTIF SEMBLENT S’ÊTRE ENVOLÉS APRÈS UN DÉBUT DE RALLYRACC CATALUNYA – RALLY DE ESPAÑA DÉSASTREUX VENDREDI MATIN.

Le Français a été le plus rapide dans la spéciale d’ouverture de Gandesa avec sa Citroën C3, avant que des problèmes de direction assistée ne lui coûtent 45 secondes dans celle de Horta – Bot qui suivait.

Ogier a affiché un triste sourire à l’arrivée de l’ES2 avant de confirmer qu’il avait souffert durant toute la spéciale. “Dès le début. Je dois regarder”, a-t-il lancé avant de repartir pour essayer de réparer avant Fatarella – Vilalba, plus longue spéciale du rallye avec près de 39 km.

Le directeur de Citroën Racing, Pierre Budar, a donné quelques explications sur le souci d’Ogier. “Pour l’instant, nous sommes assez sûrs qu’il s’agit d’un problème hydraulique, mais dont l’origine n’est pas claire. Seb et Julien [Ingrassia, son copilote] ont un peu travailler pour retrouver la direction assistée.”

Je pense que la prochaine spéciale sera très longue et difficile pour eux, elle va être physique et exigeante. Bien sûr, c’est assez décevant car ils vont perdre beaucoup de temps dans celle-ci.”

Ogier compte 28 points de retard sur le leader du championnat, Ott Tänak, et rien d’autre qu’une victoire sur cette manche mixte aurait probablement pu lui permettre de rester en lice lors du dernier rendez-vous en Australie.

Thierry Neuville, le troisième homme de la course au titre, est désormais leader en Espagne avec sa Hyundai i20. Il a 0”4 d’avance sur son équipier Dani Sordo en dépit de quelques pépins.

J’ai eu beaucoup de boue sur le pare-brise et donc une mauvaise visibilité la majeure partie de la première spéciale. Je ne suis pas très en confiance avec l’arrière de la voiture. La traction est bonne mais on glisse trop de l’arrière”, a expliqué le Belge.

Deuxième des deux spéciales, Sordo compte 1”5 d’avance sur Kris Meeke, qui s’est fait une belle frayeur dans Gandesa quand sa Toyota s’est retrouvée sur deux roues au passage d’une bosse. Son équipier Tänak vient ensuite, le quarté de tête se tenant en seulement 2”7.

Les jeunes Finlandais Esapekka Lappi et Teemu Suninen complètent le top 6.

L’adhérence est très variable sur les routes en terre suite aux énormes pluies de cette semaine. Les portions dégagées ont séché mais les zones ombragées demeurent glissantes et boueuses, et les combinaisons de pneus ne manquent pas pour les pilotes en quête de la meilleure option.

Jari-Matti Latvala et Elfyn Evans se sont plaints d’un manque de motricité, le Gallois ayant effectué un demi-tête-à-queue dans l’ES2 avec sa Fiesta. Sébastien Loeb a été le seul à opter pour les gommes dures, et le pilote de la troisième i20 a indiqué avoir eu des problèmes similaires.

www.wrc.com