MotoGP/ Quartararo : Ce n'était pas le bon choix d’avoir poussé pour obtenir la moto d’usine

MotoGP/ Quartararo : Ce n'était pas le bon choix d’avoir poussé pour obtenir la moto d’usine

Fabio Quartararo pense avoir fait le mauvais choix en poussant l’année dernière pour obtenir la Yamaha M1 d’usine cette saison, après avoir vu ses espoirs pour le titre s’envoler à Valence. Pire, le pilote Petronas s’est fait devancer au championnat par Morbidelli qui s’est hissé à la deuxième place du classement, alors qu’il dispose de la Spec A 2019.

“Je ne suis pas très heureux, mais la Spec d’usine est la moto que nous voulions au début de l’année ; nous avons fait tout notre possible pour l’obtenir,“ a déclaré Quartararo. “C’est ce qui m’a convaincu de signer avec l’équipe de l’usine, car nous voulions cette moto, mais malheureusement, cette année, ce n’était pas le bon choix !”

Quartararo souligne que la différence de performances entre les motos 2019 et 2020 est énorme : “Pour moi, la différence entre la moto de 2020 et celle de 2019 est vraiment importante. Il est certain que Franco a aussi fait un pas en avant car l’année dernière il n’avait pas fait de podium et cette année il est beaucoup plus rapide. Franco s’est donc beaucoup amélioré et il le mérite car j’ai vu qu’il travaille vraiment bien.”

“Mais même si je gagnais trois courses, je ne suis pas si heureux parce que je pense qu’avec une moto plus régulière, nous pourrions nous battre beaucoup plus et remporter beaucoup plus de victoires.”

“Je pense que c’est plus frustrant pour, je ne dirai pas Yamaha, mais quand on travaille autant, normalement la moto de l’usine 2020 – je ne dirai pas qu’elle doit être meilleure, mais similaire ou meilleure [que la moto de l’année dernière].”

Viñales a déclaré :  “Honnêtement, nous ne savons pas comment améliorer la moto, parce que nous essayons beaucoup de choses. Je ne sais pas ce que nous allons faire l’année prochaine, parce qu’il est difficile d’avoir une direction claire. Plus nous changeons, plus nous ne touchons pas à la zone d’adhérence. Donc je ne sais vraiment pas.”

“Nous devons améliorer trop de choses. Mais je ne dois pas trop y penser. J’ai passé quatre ans comme ça, j’essaie d’être calme, j’essaie de donner les meilleures informations possibles à Yamaha, et nous verrons si l’année prochaine nous pouvons avoir une moto plus compétitive.”