MotoGP : Petrucci et Pirro défendent Zarco après les critiques de Morbidelli et Rossi

MotoGP : Petrucci et Pirro défendent Zarco après les critiques de Morbidelli et Rossi

Danilo Petrucci  a défendu Johann Zarco après les critiques de Franco Morbidelli suite à son accident avec le pilote français lors du Grand Prix d’Autriche. Le pilote officiel Ducati pense que Zarco n’a pas fait exprès de bloquer ou ralentir  le pilote Petronas SRT après l’avoir dépassé sur le Red Bull Ring.

Morbidelli et Zarco se sont accrochés à grande vitesse sur la ligne droite du virage 3 après que le pilote Avintia l’a dépassé et emprunté la trajectoire à l’extérieur. Rossi a déclaré que Zarco avait bloqué Morbidelli pour éviter qu’il le dépasse au freinage mais selon Petrucci, la manœuvre de Zarco était involontaire.


“Je ne sais pas si Johann Zarco a fait quelque chose de mal, je ne pense certainement pas qu’il ait fait une manœuvre spécifique pour ralentir un adversaire,”  
confie Petrucci. “Ces choses se font à la limite dans les derniers tours. Il y a différents styles de freinage, je n’ai vu la dernière phase lorsque les motos étaient sur le gravier et Aleix Espargaró et moi sommes tous partis pour les éviter.”

“Je ne pense pas que ce soit la faute de quelqu’un, je pense juste que c’est un point trop dangereux. Aujourd’hui ça s’est très bien passé et c’est tout, une moto lancée à 320 km / h, aurait pu heurter Viñales. Quoi qu’il en soit, il faut faire quelque chose, ce point est trop dangereux.”

Le pilote d’essais du constructeur Ducati, Michele Pirro, pense que cet accident aurait pu arriver à n’importe qui : “C’était une erreur involontaire. En partant du dos, on voit qu’ils ne plaisantent pas. Ça s’est mal passé pour lui, mais au fond, il semble que vous allez gagner le championnat du monde au dernier virage. Aujourd’hui, j’ai vu quelques scènes qui m’ont laissé incrédule. Ce sont des accidents et je suis convaincu que Zarco ne l’a pas fait exprès. Il a peut-être mal calculé le freinage, mais cela aurait pu arriver à n’importe qui.”