IndyCar: Première victoire sur ovale pour Pagenaud à Phoenix

IndyCar: Première victoire sur ovale pour Pagenaud à Phoenix

Pour la première course sur ovale de la saison, l’IndyCar se rendait à Phoenix, théâtre de la quatrième manche de la saison. C’est encore Helio Castroneves qui était en pole et qui prenait un bon envol en tête avant qu’un accident ne vienne amener la première neutralisation de la course, dès le deuxième virage.

Mikhail Aleshin partait en travers et emmenait avec lui Sébastien Bourdais, Marco Andretti, Max Chilton et enfin Graham Rahal, incapable d’éviter les monoplaces en perdition devant lui. Après plus de vingt tours d’interruption, la course reprenait enfin ses droits.

Castroneves menait toujours devant son équipier, Josef Newgarden, qui portait une attaque prudente avant de se raviser. L’ordre établi, avec les quatre Penske aux quatre premières places, tenait jusqu’à la première salve d’arrêts aux stands qui intervenait peu avant le 70e tour.

C’est le moment que choisissait Simon Pagenaud pour dépasser Will Power et s’emparer de la troisième place. L’armada Penske s’arrêtait voiture après voiture, Pagenaud prenant le relais de Castroneves en tête avant de passer à son tour par la voie des stands. Avec un arrêt mieux négocié que son équipier, Will Power ressortait en tête devant Castroneves, Pagenaud, Newgarden et Hinchcliffe qui plaçait provisoirement le premier moteur Honda à la cinquième place.

Le deuxième relais était très calme malgré quelques frictions en piste et alors que les arrêts aux stands étaient effectués pour la deuxième fois, Andretti Racing perdait une nouvelle voiture avec l’accident de Rossi qui allait percuter le mur. L’hécatombe continuait dans l’équipe de l’ancien champion IndyCar puisque Takuma Sato imitait son équipier quelques tours après et écrasait à son tour sa DW12 dans le mur.

Le drapeau jaune qui était déployé par la suite permettait à Simon Pagenaud de s’arrêter en perdant moins de temps, tout comme Josef Newgarden, mais c’est le Français qui prenait la tête de la course.

Aucun incident ne survenait jusqu’à la dernière salve d’arrêts. La domination de Penske était légèrement perturbée, mais pas celle de Chevrolet, puisque JR Hildebrand ressortait quatrième avant d’aller dépasser, un peu plus tard, Helio Castroneves pour le gain de la troisième place.

Contraint à un changement d’aileron, Josef Newgarden perdait tout le bénéfice de sa belle course et glissait au bord du top 10. Simon Pagenaud tenait bon lors des 40 dernières boucles et allait chercher le premier succès sur ovale de sa carrière. Le champion en titre fait coup double puisqu’il prend la tête du championnat aux dépens de Sébastien Bourdais, dont l’abandon dans le premier tour a été coûteux.

Will Power et JR Hildebrand complètent le podium devant Helio Castroneves et Scott Dixon qui sauve un top 5 pour Honda, alors que la hiérarchie entre les motoristes semble être inversée sur ovale par rapport à 2016.

Le Néo-Zélandais conserve la deuxième place du championnat devant Josef Newgarden, neuvième à l’arrivée à Phoenix, et Sébastien Bourdais qui perd donc trois places au classement général.
Pour la première course sur ovale de la saison, l’IndyCar se rendait à Phoenix, théâtre de la quatrième manche de la saison. C’est encore Helio Castroneves qui était en pole et qui prenait un bon envol en tête avant qu’un accident ne vienne amener la première neutralisation de la course, dès le deuxième virage.

Mikhail Aleshin partait en travers et emmenait avec lui Sébastien Bourdais, Marco Andretti, Max Chilton et enfin Graham Rahal, incapable d’éviter les monoplaces en perdition devant lui. Après plus de vingt tours d’interruption, la course reprenait enfin ses droits.

Castroneves menait toujours devant son équipier, Josef Newgarden, qui portait une attaque prudente avant de se raviser. L’ordre établi, avec les quatre Penske aux quatre premières places, tenait jusqu’à la première salve d’arrêts aux stands qui intervenait peu avant le 70e tour.

C’est le moment que choisissait Simon Pagenaud pour dépasser Will Power et s’emparer de la troisième place. L’armada Penske s’arrêtait voiture après voiture, Pagenaud prenant le relais de Castroneves en tête avant de passer à son tour par la voie des stands. Avec un arrêt mieux négocié que son équipier, Will Power ressortait en tête devant Castroneves, Pagenaud, Newgarden et Hinchcliffe qui plaçait provisoirement le premier moteur Honda à la cinquième place.

Le deuxième relais était très calme malgré quelques frictions en piste et alors que les arrêts aux stands étaient effectués pour la deuxième fois, Andretti Racing perdait une nouvelle voiture avec l’accident de Rossi qui allait percuter le mur. L’hécatombe continuait dans l’équipe de l’ancien champion IndyCar puisque Takuma Sato imitait son équipier quelques tours après et écrasait à son tour sa DW12 dans le mur.

Le drapeau jaune qui était déployé par la suite permettait à Simon Pagenaud de s’arrêter en perdant moins de temps, tout comme Josef Newgarden, mais c’est le Français qui prenait la tête de la course.

Aucun incident ne survenait jusqu’à la dernière salve d’arrêts. La domination de Penske était légèrement perturbée, mais pas celle de Chevrolet, puisque JR Hildebrand ressortait quatrième avant d’aller dépasser, un peu plus tard, Helio Castroneves pour le gain de la troisième place.

Contraint à un changement d’aileron, Josef Newgarden perdait tout le bénéfice de sa belle course et glissait au bord du top 10. Simon Pagenaud tenait bon lors des 40 dernières boucles et allait chercher le premier succès sur ovale de sa carrière. Le champion en titre fait coup double puisqu’il prend la tête du championnat aux dépens de Sébastien Bourdais, dont l’abandon dans le premier tour a été coûteux.

Will Power et JR Hildebrand complètent le podium devant Helio Castroneves et Scott Dixon qui sauve un top 5 pour Honda, alors que la hiérarchie entre les motoristes semble être inversée sur ovale par rapport à 2016.

Le Néo-Zélandais conserve la deuxième place du championnat devant Josef Newgarden, neuvième à l’arrivée à Phoenix, et Sébastien Bourdais qui perd donc trois places au classement général.

Emmanuel Touzot