FE: Rosenqvist signe sa première victoire en Formule E à Berlin

FE: Rosenqvist signe sa première victoire en Formule E à Berlin

Lucas di Grassi avait signé la pole position à Berlin, quelques heures avant la course, et en profitait dès l’extinction des feux pour prendre la tête de la course. Lopez, deuxième sur la grille, ratait son départ et perdait deux places face aux monoplaces de Mahindra. Mal qualifié, Buemi ne prenait aucun risque et bouclait le premier tour à la quatorzième place.

Le Suisse décidait ensuite de hausser le niveau de jeu et dépassait d’abord Carroll, puis Sarrazin, D’Ambrosio, Turvey et Engel, ce qui lui permettait de rentrer dans les points. Sages, les hommes de tête s’observaient pendant la première moitié de la course tandis que derrière, Piquet Jr attaquait Stéphane Sarrazin, mais le Français luttait et résistait au Brésilien.

Peu avant son arrêt, Di Grassi commençait à perdre du rythme et voyait Rosenqvist le recoller puis lui mettre la pression. Une tactique qui fonctionnait puisque le pilote Abt se ratait à l’épingle, laissant le commandement à Rosenqvist.

Les arrêts aux stands se passaient sans encombre mais Bird, manifestement plus lent que ses rivaux à changer de monoplace, ressortait huitième, juste devant Buemi. Bird dépassait Abt, bientôt suivi par Buemi.

Les arrêts ne changeaient rien non plus à la hiérarchie en tête de course et Rosenqvist, Di Grassi et Heidfeld semblaient bien accrochés aux trois premières places. Buemi continuait à progresser et dépassait Bird puis Prost qui ne résistait pas face à son équipier chez Dams.

Le Suisse allait encore gagner une place facilement quand Vergne était pénalisé de cinq secondes après un ‘unsafe release’ de la part de son équipe.

Rosenqvist remporte sa première course de Formule E devant Di Grassi et Heidfeld qui complète le beau résultat de Mahindra. Lopez prend donc la quatrième place devant Buemi et Prost. Abt, Vergne, Bird et Engel complètent le top 10 de cette manche allemande. Buemi ne perd donc que huit points sur Di Grassi, ce qui est un relatif succès après des qualifications désastreuses.

Emmanuel Touzot