F1/Wolff : Ferrari fait peur

F1/Wolff : Ferrari fait peur

Toto Wolff, patron de Mercedes, ne masquait pas sa déception après cette séance de qualifications. Et pour cause, ce circuit était annoncé comme favorable aux flèches d’argent et assez défavorable à la Scuderia. Ironie du sort ou non, c’est bel et bien l’inverse qui s’est produit. 

Cependant, l’autrichien tient tout de même à tirer chapeau bas à Ferrari après cette séance, et notamment une Q3 remarquablement maîtrisée, autant sur le plan stratégique et technique, « Ferrari est un adversaire redoutable, c’est clair ». Il revient déjà sur cette journée de vendredi, rondement maîtrisée par l’équipe italienne, qui n’a laissé aucun partage à l’équipe allemande, avec successivement en tête Räikkönen puis Vettel.« Même hier, vendredi, a été une mauvaise journée pour nous. Seuls les chronos  de Valtteri étaient bons dans les phases où les pneus fonctionnaient de manière optimale. Nous n’avons jamais eu le rythme de Ferrari ».Il et se tourne désormais vers la journée de demain, « maintenant, il nous appartient de mettre le puzzle pour que nous obtenions le meilleur de la voiture ».

Et revient désormais sur la séance du jour, assez décevante puisque, le fait qu’il n’y’ait pas de Mercedes en premier ligne, n’était pas arrivé depuis plusieurs années, et aimerait à voir une Mercedes s’imposer demain, comme Vettel l’a fait à Bahreïn .« Pour une raison quelconque, nous n’avons pas été en mesure d’obtenir plus de la voiture et des pneus », en parlant du fait que Bottas aurait peut-être pu améliorer ses secteurs, car Hamilton, « ne fonctionne pas au niveau habituel ». Il était à la traîne ce samedi, et, « si Bottas avait fait des bons secteurs vers la fin, alors nous serions en pole position, il nous appartient de tout faire correctement ».

Il continue du fait que Ferrari est potentiellement au dessus de Mercedes cette saison: « il était clair que cette question viendrait tôt ou tard. Nous devions gagner autant de pole positions que possible ».Il explique que cela relève surtout de la compétition et apporte plus d’intérêt à ces courses, car on ne sait jamais qui va s’imposer cette année, tant la Scuderia est en mesure de faire vaciller Mercedes, « c’est une partie de notre défi appelée la Formule 1, c’est de la compétition ». Dès lors, il compte bien se préparer pour la course de demain, car rien n’est joué pour le moment, « Nous allons nous poser et étudier l’ensemble des données et essayer d’obtenir plus intelligemment de notre monoplace ».

Quentin Jacquet