F1: Vettel réagit à sa pénalité de 5 secondes

F1: Vettel réagit à sa pénalité de 5 secondes

Sebastian Vettel a manqué une belle opportunité de décrocher sa première victoire de la saison à cause d’une pénalité  de 5 secondes. Alors qu’il livrait une belle bataille avec Hamilton sur le circuit Gilles Villeneuve, il rate son freinage et revient sur la piste après être passé dans l’herbe, une manœuvre jugée dangereuse par les commissaires.

Furieux, Vettel déclare à la fin du Grand Prix du Canada : “Il faut être absolument aveugle pour penser que je peux passer dans l’herbe puis contrôler la voitureJ’ai eu de la chance de ne pas taper le mur, où fallait-il que j’aille ? C’est un mauvais monde, je vous le dis. Ce n’est pas juste.Belle foule, beau public. Je ne peux pas rester calme. C’est injuste, c’est injuste. Je suis en colère… et j’ai le droit de l’être. Je me fous de ce que disent les gens.”

“Ce genre de décision ne rendra pas notre sport populaire. Les gens veulent nous voir courir et je pense que c’était la course. J’espère que les gens reviendront, c’est l’essentiel évidemment. C’est grâce à eux que nous sommes en mesure de monter ce spectacle et de construire ces voitures incroyables. C’est juste dommage quand on a toutes ces drôles de décisions.”

“Je pense que nous méritons vraiment de gagner aujourd’hui. Je pense que c’est notre opinion. Je pense que c’est l’opinion des gens là-bas aussi…. C’est un peu bizarre maintenant pour être honnête. Je ne sais pas quoi dire d’autre.”

“J’ai vraiment apprécié la course, j’ai apprécié la foule. Les voir m’encourager, c’était très intense. Lewis a été un peu plus rapide tout au long de la course mais nous avons pu rester en tête. Je pense que tu devrais demander aux gens ce qu’ils en pensent. Nous avons eu un grand spectacle, il y avait beaucoup de respect. Demandez aux gens.”

“Les gens ne devraient pas huer Lewis, il a vu ce qui se passait. Je ne pense pas qu’il y avait l’intention d’être en danger. J’ai eu du mal à rester sur la bonne direction. Les gens devraient huer les drôles de décisions.”