F1/FIA: Les moteurs Mercedes, Ferrari et Renault se tiennent en trois dixièmes de seconde

F1/FIA: Les moteurs Mercedes, Ferrari et Renault se tiennent en trois dixièmes de seconde

Apparemment, les trois moteurs des trois meilleures écuries du circuit se tiennent de près. Et ce prouvé, grâce à une collecte de données sur ces moteurs lors d’essais chez Ferrari, Mercedes ou encore Red Bull qui utilise un moteur Renault. Cela a été réalisé par le directeur de course Whiting ainsi que toute son équipe de direction, afin de respecter une certaine équité dans ce sport automobile. 

Il explique donc pourquoi ils ont  réalisé ceci, soi-disant dans le respect de l’équité en Formule 1, après les nouvelles lois passées sous Bernie Ecclestone l’an dernier,  « il y avait des discussions l’an dernier concernant l’obligation de fournir des moteurs, ce que toutes les équipes du circuit ont validé, et nous l’avons ajouté au règlement », sur ce point tout est bon car tout le monde s’est mis d’accord sur le même point, ce qui n’est pas toujours le cas entre les écuries concurrentes. Il explique pourquoi certains constructeurs n’avaient pas été conviés à ces tests, comme Honda, car, « il était question d’établir si les mesures introduites, notamment le retrait des jetons, avaient fonctionné ».

Il souligne également le fait que les prévisions réalisées, ne sont en réalité, basées que sur les quelques données qu’ils ont pu récolter, et qui ne sont peut être pas suffisantes pour des prévisions à 100% fiables, surtout à l’horizon de Barcelone, dans seulement quinze jours, « il était prévu que trois des quatre constructeurs se tiennent en trois dixièmes d’ici Barcelone mi-mai. Mais, il y a une méthodologie très détaillée pour simuler et prévoir, et c’est seulement basé sur les données que nous possédons », en référence à un possible manque de données pour affirmer donc ces prévisions niveau chronomètre et technique.

Il explique donc comment les instances ont procédé afin de récolter les données nécessaires à ces prévisions, soit une base de données qui servira pour la suite de la saison à faire respecter l’équité en fonction de comment cela évolue, « nous prenons les données des trois premières courses et nous avons des ingénieurs à Genève qui se chargent d’effectuer des simulations, ils les analysent afin de transformer ces simulations en temps sur un tour de piste du circuit de Barcelone ».Soit une manœuvre très technique pour ces ingénieurs car il faut reproduire tout ce circuit, et très précisément. Il explique surtout que l’équipe a donc trouvé une convergence parmi les trois meilleurs constructeurs, « la convergence est validée car les trois meilleurs se tiennent en trois dixièmes à Barcelone ».

Quentin Jacquet