F1: McLaren a pu constater les différences entre les moteurs

F1: McLaren a pu constater les différences entre les moteurs

McLaren va changer de motoriste en 2018 et a pu découvrir les différences qui caractérisent le moteur français de son homologue japonais. L’architecture des deux blocs n’a rien à voir et le directeur technique de McLaren, Tim Goss, explique les différentes approches qui s’appliquent également aux moteurs Mercedes et Ferrari.

“L’architecture du moteur Renault est très différente” a déclaré Tim Goss à Motorsport.com. “Il y a deux architectures fondamentales. Il y a celle employée par Mercedes et Honda, et il y a l’approche de Ferrari et Renault. Les différences se situent essentiellement sur la place du turbo.”.

“L’approche de Mercedes et Honda est de placer le compresseur devant le moteur et la turbine derrière, tandis que le MGU-H est au milieu du V. La vision de Ferrari et Renault est de mettre le compresseur à l’arrière, le MGU-H derrière lui et la turbine encore derrière”.

Une différence fondamentale qui oblige l’équipe à revoir la conception de son châssis pour trouver un bon équilibre dans l’installation du moteur tout en ne sacrifiant pas l’aérodynamique et les performances de la voiture.

“Cela nécessite une approche très différente au niveau du châssis et de la boîte de vitesses, et nous avons maintenant une expérience qui nous permet de voir les avantages et inconvénients de chaque solution”.

“Il y a des choses que j’aime dans l’approche de Renault et il y a d’autres choses qui me frustrent un peu mais au final, nous avons eu de la chance que la décision de changer de moteur ait été prise à temps. Cela n’aura pas pu être fait plus tard”.

Goss explique que ces changements vont surtout toucher le réservoir d’essence, la boîte de vitesses et la suspension arrière : “Nous avons dû reconfigurer le châssis, changer le système de refroidissement et reconfigurer la boîte de vitesses pour qu’elle tienne. Mais nous y sommes parvenus à temps sans compromis significatif sur le châssis”.