F1: Liberty a déjà reçu 40 candidatures pour organiser une course

F1: Liberty a déjà reçu 40 candidatures pour organiser une course

Le calendrier de la Formule 1 comporte pour le moment 20 courses et en comptera 21 l’an prochain puisque la Malaisie s’en va tandis que les Grands Prix de France et d’Allemagne font leur grand retour. Le changement de propriétaire de la Formule 1 semble en tous cas avoir attiré de nouveaux pays et de nouvelles villes puisque Liberty Media a reçu un grand nombre de candidatures.

“Pour le moment, avec les Accords Concorde, le maximum est de 25 courses par an” explique Sean Bratches, directeur commercial, à Autosport. “Dans les sept mois passés à mon poste, j’ai probablement reçu environ 40 candidatures de pays, villes, municipalités ou principautés intéressés par la tenue d’une course de Formule 1, ce qui est très encourageant”.

“Je pense que cela représente bien notre marque et ce que les gens essaient de faire localement pour les fans, et pour donner de la visibilité à leur affaire. Si l’on regarde le calendrier, nous voulons faire plusieurs choses. Du point de vue de notre marque, nous essayons de prendre le problème à l’envers et de devenir plus actifs pour identifier les villes et endroits attractifs pour notre marque et pour notre stratégie d’organiser des courses où l’on peut activer une grande base de fans, surtout dans les villes”. 

Les centre villes pourraient justement devenir une norme dans le calendrier quand il s’agira d’attirer de nouvelles courses puisque Bratches ne s’attend pas à voir naître beaucoup d’autres circuits comme ceux qui ont été créés dans les dernières années par Hermann Tilke, comme à Bahreïn, Abu Dhabi ou Austin.

“Je ne pense pas que l’on aura beaucoup de circuits spécifiquement construits pour nous. Nous allons avoir une mixité entre des pistes urbaines, des pistes historiques et des pistes spécialement construites pour la F1. Le prochain objectif est de soutenir plus de courses urbaines car je pense que c’est une proposition très attirante”.

Mais Bratches l’assure, Liberty Media ne veut pas profiter d’une refonte du calendrier pour rompre certains contrats : “Nous aimons tous nos enfants ! Je pense que l’on va voir des retraits et des ajouts, et nous sommes très soucieux d’optimiser les opportunités de ces Grands Prix”.

L’une des refontes du calendrier envisagées est celle d’une organisation par région. Plutôt que de faire plusieurs tournées variées comme le calendrier actuel, où la F1 voyage parfois de manière chaotique, notamment lorsqu’elle fait un passage au Canada entre Monaco et Bakou, ou encore lorsqu’elle passe sur le continent américain entre l’Asie et Abu Dhabi, Liberty Media cherche à regrouper géographiquement les épreuves.

“Nous courons autour du monde sans que ce soit réfléchi. Dans un monde idéal, peu importe l’ordre, nous aurions un tiers de la saison en Europe, le tiers suivant sur le continent américain et la fin de saison en Asie. Cela nous permettrait de créer une efficacité en termes de voyage. Quand on voyage à travers l’Europe, il y a 350 poids lourds qui roulent et il y a une grosse dizaine de Boeing 747 qui nous transportent dans le monde entier. Je pense que nous avons l’opportunité de créer une belle efficience”.

“L’autre opportunité se situe au niveau des fans qui auront une organisation plus logique, par exemple en se levant tôt pour regarder les Grands Prix pendant deux ou trois mois, puis en les regardant l’après-midi pendant le tiers suivant de la saison, et enfin en assistant à des courses en soirée. Cela peut être bien plus intéressant pour notre public” conclut Bratches.