F1: L'histoire d'espionnage derrière les problèmes de Ferrari

F1: L'histoire d'espionnage derrière les problèmes de Ferrari

Il y a eu de l’espionnage au sein de la Scuderia Ferrari après le Grand Prix d’Italie 2019 remporté par Charles Leclerc. Des informations sur le moteur Ferrari n’ont pas été recueillies de manière totalement légale, sinon  il n’y aurait pas de preuves suffisantes pour faire une réclamation d’après le journal Corriere della Sera.

“Il y a une histoire d’espionnage derrière les problèmes chez Ferrari en ce moment, déclenchée par la victoire de Charles Leclerc à Monza. Après cela, certaines écuries se sont attaquées au moteur de Ferrari”, explique Giogio Terruzzi, journaliste du Corriere della Sera.

Selon le journaliste Giogio Terruzzi, une opération d’espionnage a eu lieu avec un membre interne de Ferrari qui a contribué à l’enquête. Le journaliste italien  a des doutes sur la manière dont Ferrari a reçu les informations et sur la légalité de ces dernières.

Un accord secret a été finalement conclu entre la Fia et Ferrari car la Fédération Internationale de l’Automobile  ne dispose pas assez de données pour prouver que l’écurie italienne a triché avec son moteur.

“En outre, la FIA sait que tous les constructeurs de moteurs jouent sur la limite, alors qu’ils veulent risquer le moins possible. C’est pourquoi aucune irrégularité n’a été constatée chez Ferrari”, dit Terruzzi. “Il faut des preuves pour contester une telle infraction. Cela ne peut se faire que par l’espionnage ou par un dénonciateur.”