F1: Grosjean pense qu'il serait probablement chez Ferrari sans les systèmes hybrides

F1: Grosjean pense qu'il serait probablement chez Ferrari sans les systèmes hybrides

Pilote pour Haas F1 Team, Romain Grosjean a expliqué ce vendredi qu’il serait probablement chez Ferrari aujourd’hui si les systèmes hybrides n’étaient pas présents en F1.

Le Français, Romain Grosjean semble être content d’être chez Haas F1 team malgré les problèmes de frein que rencontre la Haas VF-17. L’an dernier, le natif de Genève avait marqué tous les points de l’écurie de Kannapolis pour sa première saison et avait surclassé son équipier de la saison dernière, Esteban Gutiérrez.

Cette saison, Grosjean a un coéquipier plus féroce puisqu’il s’agit de Kevin Magnussen. Les deux pilotes sont très proches en terme de performance et sont collés au classement pilotes. Le Danois est 13ème avec 11 points alors que le pilote Français est juste derrière à la 14ème place avec 10 unités.

Cette saison, Haas F1 Team souffle la bougie d’un an en F1 mais ce manque d’expérience pour l’écurie Américaine explique le manque de compréhension de certains problèmes. Grosjean semble très mécontent des freins qui fonctionnent dans la Haas VF-17 du Français. Le champion GP2 2011 a également indiqué qu’il n’était pas un adepte des systèmes hybrides présents en Formule 1.

Un système de récupération d’énergie qui est en lien avec les freins puisque cette énergie est récupérée de la chaleur dégagée par les freins. Il déclare même à nos confrères de Nextgen-Auto.com, qu’il serait chez Ferrari aujourd’hui si ces systèmes n’étaient pas en Formule 1 actuellement : “Depuis qu’on a cette merde… c’est la merde (il rit), mais après, il y a différents niveaux.”

“Non mais c’est une catastrophe ! Quand il y avait le KERS on avait les mêmes problèmes. Et c’est ce qui m’a mis dedans, début 2013. Si je n’avais pas eu ça, aujourd’hui, je serai chez Ferrari probablement, j’aurai éclaté Kimi Räikkönen du début à la fin. Les autres s’en sortent mieux, ce n’est pas parce qu’ils freinent plus tôt ou plus doucement, c’est juste qu’ils ont moins de sensibilité sur la pédale gauche. Il faut que les freins fassent exactement ce dont j’ai besoin.”

Alexandre Khaldi (@alexuptonlebron)