F1 : La FIA veut revoir le système de voiture de sécurité virtuelle

F1 : La FIA veut revoir le système de voiture de sécurité virtuelle

Lorsqu’une période Virtual Safety Car est activée, une carte du calculateur donne aux pilotes une référence de 30% plus lente que les tours rapides à laquelle ils doivent se plier. Après le Grand Prix d’Espagne du mois dernier, le pilote Ferrari Sebastian Vettel a critiqué le système en disant qu’il était possible de conduire des lignes “ridicules” qui réduisent la distance à parcourir à vitesse réduite.

Le directeur de course de la FIA, Charlie Whiting, n’était pas d’accord avec l’affirmation de Vettel à l’époque, mais reconnaît maintenant qu’il comprend ce que le quadruple champion du monde essayait de dire. Il admet désormais qu’un petit gain peut être réalisé et, bien que ces avantages soient très faibles, la FIA agira pour combler cette lacune.

“Oui, j’ai compris maintenant” explique Whiting. “Le calcul que le système fait tous les 50 mètres est basé sur la distance par rapport à la ligne de chronométrage. Donc, si vous pouvez raccourcir ça, vous pouvez gagner des fractions de secondes.”

“En le calculant avec nos ingénieurs informaticiens, nous avons constaté qu’il est possible de gagner environ 150 millisecondes [par tour]. Mais en Formule 1, ça a son importance. C’est là que se situe le problème, si je comprends ce que m’ont dit les informaticiens. Nous pouvons le rectifier, de manière à ce qu’il ne soit pas contournable facilement.”