F1: Ferrari sous surveillance en Chine

F1: Ferrari sous surveillance en Chine

L’ancien pilote Ferrari français, Jean Alesi, pense qu’il est l’heure pour la Scuderia de se remettre en route vers le titre mondial. Selon lui, l’attente a assez duré et les cloches de Maranello se doivent de sonner à de nombreuses reprises cette saison, que l’écurie de Vettel n’a plus à attendre son tour derrière Mercedes.

« La nouvelle réglementation était très peu claire. Après la victoire de Vettel à Melbourne, c’était comme s’il avait remporter la Coupe du Monde. Quand une voiture est bonne dès le début, le développement est beaucoup plus facile, c’est un plaisir », explique Alesi

Un autre ancien pilote Ferrari, Ivan Capelli, est plutôt prudent sur l’affichage de Ferrari après Melbourne. « Je pense que la victoire a beaucoup à voir avec Mercedes et Red Bull ».

Jarno Trulli lui a conclu que « la position initiale de Ferrari est juste, mais chacune des trois meilleures équipes dispose de toutes les ressources dont elle a besoin pour se développer de manière optimale tout au long de la saison ».

Flavio Briatore, ancien patron de l’écurie, pense qu’il est un peu tôt pour dire que Ferrari va se battre pour la couronne en cette année 2017. « Nous aurons une image plus claire des ambitions en Chine. La victoire de Ferrari a été excellente et rebelle ce week end, mais Melbourne est un circuit spécial et je m’attends toujours à de grandes choses de la part de Red Bull et Mercedes. Dans un cas idéal, nous aurons un combat à trois équipes pour le championnat », expliqua t’il.

Quentin Jacquet