F1: Avantage Mercedes à Monza, mais Ferrari peut jouer la gagne

F1: Avantage Mercedes à Monza, mais Ferrari peut jouer la gagne

Le Grand Prix de Belgique semblait promis à Mercedes avant même de commencer et tout le monde dans le paddock misait sur une domination sans partage des flèches d’argent sur le célèbre circuit de Spa-Francorchamps. Toutefois, la Scuderia Ferrari a joué la surprise et a tenu le rythme de sa rivale, de près en qualifications et de très près en course. Sebastian Vettel a semblé en mesure d’aller chercher Hamilton à plusieurs reprises et n’a éprouvé aucun mal à suivre le Britannique. Si le mode le plus puissant de Mercedes confère toujours à la W08 un avantage certain, la déconfiture attendue sur l’un des circuits les plus rapides de la saison ne s’est pas confirmée.

Dès lors, la Scuderia peut-elle espérer briller devant les dizaines de milliers de tifosi qui viendront la soutenir ? C’est probable, si l’on s’en tient aux progrès que le châssis, mais aussi le moteur, semblent avoir effectué. La monoplace italienne a désormais prouvé qu’elle était à l’aise sur tous les terrains, bien que les circuits plus sinueux semblent avoir sa préférence, et la marge de manœuvre que l’on prédisait à Mercedes en deuxième partie de saison ne semble pas exister. Toutefois, il faut rester réaliste et se dire qu’en dépit d’une lutte serrée, Mercedes arrive en Italie avec les cartes en main.

Tout d’abord, le moteur qui équipera les flèches d’argent sera finalement le même que celui de Spa et pourra profiter du débit d’huile qu’était le sien dans les Ardennes. La règle mise en place par la FIA autorise Mercedes à poursuivre avec les mêmes consommations d’huile et de fait, l’avantage moteur sera encore du côté de la firme à l’étoile. Avec 72% du tour de circuit passé à pleine charge, l’importance du moteur n’est plus à prouver et ce gain ne sera pas négligeable. De plus, la gestion des pneumatiques, qui est toujours le point fort de Ferrari, aura une importance moindre à Monza, non seulement parce que les courbes ne sont pas nombreuses, mais aussi parce que les températures attendues, si toutefois il ne pleut pas, ne seront pas très élevées.

Ces deux points font pencher la balance en faveur de Mercedes qui aura l’avantage de l’exploitation moteur sans l’inconvénient de voir Ferrari profiter du bénéfice pneumatique. Néanmoins, la pluie pourrait venir perturber le week-end de course et ainsi redistribuer les cartes, atténuant les avantages de chacun. Si c’est le cas, il est certain que Hamilton et Vettel se livreront une lutte implacable pour la pole et la victoire, en dépit de la manière dont sera façonnée la hiérarchie entre leurs deux équipes.