Dakar : Tour d'horizon de l'édition 2019

Dakar : Tour d'horizon de l'édition 2019

Le Paris-Dakar s’apprête à revenir sur le devant de la scène automobile dès la semaine prochaine. Le plus célèbre rallye-raid du monde reprend le chemin de l’Amérique du Sud, sa terre d’accueil depuis 2009. Pour sa 41e édition, la onzième outre-Atlantique, l’épreuve se déroulera uniquement dans un seul pays, le Pérou. Les pilotes s’élanceront en effet le 7 janvier 2019 à Lima et devront boucler les 5000km d’épreuves à travers Pisco, Arequipa et San Juan de Marcona avant de refermer ses portes le 17 janvier dans la capitale péruvienne.

Un défi physique 

Année après année, le Paris-Dakar ne perd rien de son charme. Pour cette nouvelle édition, les organisateurs ont fait le choix d’un tracé exigeant qui sera 100% sable. “Ce ne sera pas un Dakar au rabais. C’est une édition hors norme. […] Cette année, il va falloir affronter des terrains difficiles qui exigent une très bonne préparation physique. La dune, le sable, ce sont des environnements très techniques. synthétise Étienne Lavigne, le directeur sportif de la course. Il y aura dix étapes, 5 000 kilomètres dont 3 000 de spéciales, les candidats au sacre devront avoir les nerfs solides.“On plonge au coeur de l’ADN du Dakar. À l’origine, la mythologie du Dakar, c’est le Sahara, ses dunes, ses grands cordons de sable… Là, on est au coeur du sujet. […] La géographie péruvienne, c’est une grande plaine côtière coincée entre le Pacifique et la Cordillère. Ça promet dix jours extrêmement exigeants pour tous les concurrents car ce sera plus court, plus dur. Plus exigeant aussi puisqu’il y a moins de temps pour faire la différence.”

Le parcours détaillé

  • Lundi 7 janvier : Lima-Pisco (331 kilomètres dont 84 km de spéciale chronométrée)
  • Mardi 8 janvier : Pisco-San Juan de Marcona (554 kilomètres dont 342 km de spéciale chronométrée)
  • Mercredi 9 janvier : San Juan de Marcona-Arequipa (799 kilomètres dont 331 km de spéciale chronométrée)
  • Jeudi 10 janvier : Arequipa-Mochega ou Arequipa-Tacna (étape marathon 1/2) (511 kilomètres dont 352 km de spéciale chronométrée)
  • Vendredi 11 janvier : Mochega ou Tacna-Arequipa (étape marathon 2/2) (776 kilomètres dont 345 km de spéciale chronométrée)
  • Samedi 12 janvier : Jour de repos
  • Dimanche 13 janvier : Arequipa-San Juan de Marcona (839 kilomètres dont 317 km de spéciale chronométrée)
  • Lundi 14 janvier : San Juan de Marcona-San Juan de Marcona (387 kilomètres dont 323 km de spéciale chronométrée)
  • Mardi 15 janvier : San Juan de Marcona-Pisco (576 kilomètres dont 361 km de spéciale chronométrée)
  • Mercredi 16 janvier : Pisco-Pisco (410 kilomètres dont 313 km de spéciale chronométrée)
  • Jeudi 17 janvier : Pisco-Lima (358 kilomètres dont 112 km de spéciale chronométrée)

Mini favori après le retrait de Peugeot ?

Parmi les concurrents de la catégorie auto, ce sera la première édition disputée sans l’équipe Peugeot depuis son retour en 2015. Les trois anciens du Team Peugeot Total, Carlos Sainz, Cyril Despres et Stéphane Peterhansel qui ont remporté 20 victoires sur le Dakar, piloteront tous des MINI John Cooper Works Buggy.

Peterhansel qui s’est imposé avec mini en 2012 et 2013 a déclaré : “X-Raid est une structure que je connais bien. Je sais que nous aurons un matériel performant. Cela m’a rassuré dans mon choix. J’ai passé les quatre dernières années à bord d’un buggy deux roues motrices. J’y ai pris beaucoup de plaisir, c’était logique de continuer sur la même spécification. De plus, X-Raid propose deux solutions: le buggy Mini, mais également le 4×4 Mini. Si, dans l’avenir, nous nous apercevons que le buggy n’est pas le bon choix stratégique, nous pouvons sans problème utiliser le quatre roues motrices, qui pour le coup a fait ses preuves.”

Sébastien Loeb participera au Dakar 2019 en tant que pilote indépendant, au volant d’une Peugeot 3008 DKR, la même qu’il pilotait sur le Dakar 2017 et sous les couleurs de Red Bull. L’Alsacien compte trois participations à l’épreuve lors desquelles il a enregistré deux abandons en 2016 et 2018 , une deuxième place à 5 minutes de Stéphane Péterhansel, en 2017. Toujours accompagné du fidèle Elena, le nonuple champion du monde WRC tentera de devenir le premier pilote indépendant à remporter le Dakar depuis Jean-Louis Schlesseren 2000 : “J’ai pris la décision de refaire le Dakar à la dernière minute mais j’ai toujours soif de victoire. Nous allons probablement manquer de préparation par rapport à nos adversaires mais je n’ai pas oublié tout ce que j’ai appris ces trois dernières années ! Je suis impatient de revivre cette aventure ! ”

Une lutte acharnée en Moto 

KTM pourra compter sur le vainqueur du Dakar 2017, Sam Sunderland. L’équipe Autrichienne pourra aussi compter sur Matthias Walkner, vainqueur de son premier Dakar l’an passé, qui avait terminé devant  Toby Price troisième. KTM se présente ainsi au Dakar avec au moins trois favoris à la victoire. Le pilote Honda Kevin Benavides (deuxième du Dakar 2018) pourra être une menace sérieuse. Honda comptera aussi sur Paulo Gonçalves et Joan Barre. Yamaha comptera sur les Français Adrien Van Beveren et Xavier De Soultrait, l’Australien Rodney Faggotter et l’Argentin Franco Caimi

L’édition du Dakar 2019 sera à suivre quotidiennement sur Msports.fr avec un résumé de chaque étape qui se concentrera essentiellement sur les autos et les motos.